top of page

GUIDE DE VISITE MOBILE

LES MOSAÏQUES

IMG_3428.HEIC

Le sol et une grande partie des murs sont recouverts de mosaïques en marbre en association avec des parements de plaques de marbre. 

Ce marbre provient essentiellement de Marquise dans le Boulonnais à 15 km de Wirwignes mais on sait à travers des factures d'achat à des marchants de marbre de Boulogne que l'abbé s'est procuré des marbres d'autres origines.

La proximité des carrières a permis à l’abbé Lecoutre de se fournir en marbre de différentes teintes et qualités qu’il a découpé et assemblé.

 

Ces mosaïques utilisent la technique dite « opus sectile » qu’on appelle plutôt de nos jours marqueterie de marbre. C’est une technique qui consiste à assembler des plaquettes de marbre taillées pour réaliser des décors figuratifs ou géométriques. 
L'opus sectile est considéré comme l’une des techniques de décoration du marbre les plus raffinées et les plus prestigieuses, à la fois pour les matériaux utilisés (parmi les marbres les plus rares et donc les plus chers) et pour la difficulté de réalisation, car il est nécessaire de disséquer le marbre en feuilles très minces pour le façonner avec une grande précision et utiliser les qualités les plus diverses du marbre, afin d'obtenir les effets chromatiques souhaités.
Elle fût très employée dans l’antiquité romaine, au moyen-âge et pendant la Renaissance notamment dans les décors baroques en Italie. Mais très peu au 19e siècle.
 

On peut notamment admirer un tapis floral devant le maître autel, un autre devant l'autel de La Chapelle Saint-Quentin et un labyrinthe autour de la 7ème station du chemin de croix qui reproduit le motif du labyrinthe qui existait dans l'église abbatiale de Saint-Bertin de Saint-Omer détruite pendant la Révolution.

A noter que le marbre de Marquise fut aussi utilisé pour le Palais de l'Élysée et la Gare Montparnasse à Paris.

bottom of page